Le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées – Genève (DCAF) est une fondation internationale de droit suisse, créée en octobre 2000 à l’initiative du gouvernement helvétique. Le DCAF est réputé dans le monde entier pour son action en matière de réforme et de gouvernance du secteur de la sécurité (RSS et GSS).

 

C’est grâce à la promotion de secteurs de la sécurité efficaces et responsables devant l’État et ses citoyens que le DCAF parvient à améliorer la sécurité et la justice afin de prévenir les conflits violents, de construire une paix durable, de renforcer l’État de droit, et de créer un environnement propice au développement politique, social et économique.

 

Le DCAF est guidé par les principes de neutralité, d’impartialité, de discrétion, de sensibilisation à la question du genre et d’appropriation locale.

 

Le Conseil de fondation du Centre, qui est composé d’États membres, comprend 61 gouvernements ainsi que quatre gouvernements et deux organisations internationales admis en tant qu’observateurs permanents.

 

Le DCAF a son siège à Genève ainsi que des bureaux permanents à Beyrouth, Bruxelles, Ljubljana, Ramallah, Tripoli et Tunis. Le Centre possède une division de recherche et cinq unités opérationnelles (Europe du Sud-Est, Moyen-Orient et Afrique du Nord, Afrique subsaharienne et place du genre dans la RSS, Partenariats publicsprivés et l’Équipe internationale de conseil au secteur de la sécurité (ISSAT). Le DCAF emploie plus de 130 collaborateurs issus de près de 40 pays.

 

En 2012, les revenus du DCAF se sont élevés à 32,3 millions de francs suisses – dont 47,9 pour cent ont été financés par la Suisse et 52,1 pour cent par d’autres États membres et organisations internationales. Toutes les contributions versées au DCAF sont admissibles à l’APD (aide publique au développement).

 

Pour de plus amples informations sur le DCAF, voir www.dcaf.ch.